-
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez
 

 Une lettre hebdomadaire

Aller en bas 
AuteurMessage
Kathryn Gilmore

Kathryn Gilmore

Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 12/11/2007

Votre Personnage
Relations:

Une lettre hebdomadaire Empty
MessageSujet: Une lettre hebdomadaire   Une lettre hebdomadaire Icon_minitimeLun 12 Nov - 23:54

Kathryn avait fait une promesse à son père lors de sa première année, un promesse qu'elle regrettait! C'est vrai pourquoi, elle avait proposer ça? Ah, c'est vrai, elle avait un peu d'humanité... Non pas qu'elle n'en avait plus, mais c'était différent! Disons que c'était seulement une erreur de jeunesse. Vous devez vous demandez de quoi elle parle Kat' depuis tantôt, n'est-ce pas? En fait, la fameuse promesse était qu'elle se devait écrire à son père chaque jeudi soir, et le lui envoyé le vendredi matin. Une lettre par semaine! C'était de la folie... Elle ne pouvait pas lui décrire les moindres moments de sa vie non plus, un peu d'intimité ne lui ferait pas de tort, elle allait probablement lui anoncer dans la prochaine lettre qu'il allait recevoir de ses nouvelles beaucoup moins souvent, d'ici là, elle trouverait un prétexte que son père croirait sans preuve. Maleureusement, son père ne se contentait jamais de 4 ou 5 lignes non il voulait deux pages! Seulement, la première semaine il n'y avait rien à dire! Peut-être devrait-elle lui inventait un histoire selon laquelle, elle se marriait avec un quelconque garçon dans deux semaines. Non, si elle faisait ce genre de sarcasme un jour, il fallait qu'elle le fasse devant lui, juste pour voir son visage offusqué. Elle eut un léger rire en y pensant. Hier soir, elle avait écrit deux pages pour ne dire absolument rien, au point de décrire le goût des choco-grenouille qui en passant semblait avoir un meilleur goût qu'avant, la recette avait sûrement changer, enfin vous voyez le genre? Bref, par chance elle s'était réveillée d'une humeur excellente ce matin n'ayant aucune envie agressive pour le moment et avait prit sa lettre. Elle s'était dirigée vers la volière. Kat' chercha des yeux son hiboux Mystis qui était d'un profond noir. Elle l'a trouva assez rapidemment puis décida de la nourir avant de faire quoi que ce soit d'autre. Tout à coup, des bruits se firent entendre, elle se retourna et vit...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alysandre Silbermann

Alysandre Silbermann

Nombre de messages : 35
Année d'Étude : Sixième année.
Date d'inscription : 12/11/2007

Votre Personnage
Relations:

Une lettre hebdomadaire Empty
MessageSujet: Re: Une lettre hebdomadaire   Une lettre hebdomadaire Icon_minitimeVen 16 Nov - 4:07

« ALYSAAAAANDRE ! »

Un reniflement. Une main qui passe sur un visage livide, séchant rapidement les larmes qui daignaient encore y rouler. Il arrivait. Ce crétin venait encore la déranger, alors qu’elle lui avait fait clairement comprendre qu’elle voulait rester seule. Inspirer, expirer. Se composer un sourire avenant, elle ne voulait pas être encore plus renfrognée qu’elle ne l’avait été. Elle s’était vexée pour un rien, elle le savait. Mais il avait dit le mot de trop. Et prise d’une de ses légendaires crises, elle s’était enfuie pour se calmer, avant de faire des choses qu’elle regretterait. Non pas vis-à-vis de lui, mais ce genre de choses qui feraient encore plus chuchoter sur son passage. Respire, ‘Ly. Tu ne vas quand même pas perdre de ta belle pour un mot de travers, quand même ? Tu es plus forte que ça. Un, deux, trois…

« Je suis là, Thomas. »

Sa voix n’a pas tremblé. Un soupir de soulagement qui s’échappe de ses lèvres, tandis que le garçon fixe ses yeux sur les siens, quelque peu rougis par les larmes. Son regard devient sombre, et il comprend qu’il doit détourner le regard. Prétends que ce sont ses allergies, idiot. Si tu insistes, elle t’en voudra pour toute une vie, tu le sais, n’est-ce pas ?
Il se tortille sur lui-même, il s’en veut, quand même. Ridicule, il n’y est pour rien, ou presque. Elle s’est encore mise dans un état ingérable pour trois fois rien. Elle a un goût pour le drame, et elle ne l’appelle par son prénom que pour le culpabiliser, rajouter une couche enfantine à sa moue perdue et à ses yeux éplorés. Elle le manipule, évidemment. S’en rend-il compte ? Certainement pas. Il s’excusa, plusieurs fois. Elle haussa les épaules et prétendit avoir un autre engagement. Ses pas l’éloignèrent de lui, et bientôt, il ne fut plus qu’une silhouette sombre à l’autre bout du couloir, silhouette alourdie par les remords. Pourtant, de son côté, la jeune fille avait déjà tout oublié de l’incident. Elle ne se focalisait pas sur les bêtises, c’était bien une de ses meilleures qualités. Son esprit était à présent occupé ailleurs. Elle avait une lettre, pliée en quatre, coincée dans son poing droit. Un chiffon, à présent. Pour sa mère. Qui n’y comprendrait sûrement rien, alors l’état n’était pas très important.

Volière. La route est longue, les escaliers innombrables. Ennui, ennui. En plus, elle devait aller rejoindre Avrelianne après. Dépêche-toi, sinon tu vas encore la rater, et elle ne va pas aimer. Les mots qui résonnent dans sa tête, son monde intérieur, et, obéissante, ses enjambées se font plus grandes et plus rapides. Bientôt, les escaliers menant à la volière apparurent, et elle les grimpa deux à deux, manquant d’ailleurs de se trébucher. Un rire léger qui flottent quelques secondes dans l’air, et elle y est. Elle n’est pas seule. Une autre fille de Serpentard, tiens.

« Bonjour Gilmore. »

La distance placée avec le nom de famille contredit sa voix chantante et chaleureuse. Elle serait capable de glousser sur place, à l’instant. Mais elle s’en retient. Effrayer l’autre demoiselle n’est pas son but, pour l’instant. Autant se tenir un minimum. Comment ils appellent ça ? Ah oui.

Du savoir-vivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kathryn Gilmore

Kathryn Gilmore

Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 12/11/2007

Votre Personnage
Relations:

Une lettre hebdomadaire Empty
MessageSujet: Re: Une lettre hebdomadaire   Une lettre hebdomadaire Icon_minitimeVen 16 Nov - 4:41

... Alysandre.

C'était bien ça le nom de la jeune fille, non? Elle eut un sourire sarcastique, mais il était pour elle-même. Bien sûr que c'était Alysandre, Alysandre Silbermann plus précisément et elle le savait très bien! Cette fille était tout de même dans sa maison et son année donc pratiquement toutes ses classes depuis six ans cette année. Il aurait été honteux de sa part de l'oublier, n'est-ce pas? Et cela même si elles ne se parlaient qu'à l'occasion. Bah, quoi? Elle ne pouvait pas parler à tout les sixièmes années de Serpentard tous les jours quand même, quelle idée saugrenue que voilà. Sa relation avec celle-ci devait se résumer à environ une vraie discution par semaine, en excluant les petits bonjours et bonsoirs, par-ci et par-là qu'elle se lançait si elles se croisaient, question de respect il fait croire. De plus, les sangs purs étaient très souvents élevés en hypocrites comme elle s'amusait à appelée le genre d'éducation qu'elle avait reçue à partir du départ de sa mère en France. Une éducation qui vous disait de toujours bien vous comporter avec les autres familles de sorciers ayant un sang pur, et cela même si en votre fort intérieure vous n'appréciez pas la personne. Évidemment, ici, ce n'était pas le cas, elle n'avait strictement rien contre Alysandre, mais ce n'était pas non plus une de ses meilleures amies pour une raison bien simple, elle ne pouvait pas avoir quinze meilleures amies non plus. Logique, ne trouvez-vous pas?

"Bon matin Alysandre!"

Kathryn lui lança un sourire sincère puis passa une main dans ses longs cheveux couleurs chocolats. Ce matin, elle n'avait pas vraiment eu envie de se casser la tête devant le miroir, alors elle s'était tout simplement laisser les cheveux détachés, cela lui allait plutôt bien de toute façon, du moins à ce qu'on lui disait. D'un autre côté, rare étaient les coiffures qui lui donnait l'air ridicule, mis à part une coiffure ridicule justement, mais qui de saint d'esprit choisirait de se peigner d'une telle manière? À moins d'avoir mauvais goût, d'être désespéré ou que ce soit une occasion spéciale comme un bal d'Halloween, endroit où tout était permis sans peur d'être mal jugée. C'était une belle excuse cette fête! C'était d'ailleurs sa fête préférée, elle n'aimait pas les autres, particulièrement Noël (mis à part les congés scolaires que cela donnait) car l'évènement lui rappellait qu'elle ne pourrait pas fêter avec toute sa famille, que la moitié de sa famille habitait dans un autre pays et qu'elle ne les avaient pas vu depuis des lunes et des lunes. Tout à coup, elle réalisa qu'elle avait oubliée de demander quelque chose à la jeune fille.

"Alors, tu te portes bien?"

Phrase minime, mais au combien capitale pour bien commencer une conversation! Certainement avec de proches amis, on pouvait parfois évitée de poser cette question, particulièrement quand c'était la énième conversation de la journée que l'on entretenait avec la même personne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alysandre Silbermann

Alysandre Silbermann

Nombre de messages : 35
Année d'Étude : Sixième année.
Date d'inscription : 12/11/2007

Votre Personnage
Relations:

Une lettre hebdomadaire Empty
MessageSujet: Re: Une lettre hebdomadaire   Une lettre hebdomadaire Icon_minitimeSam 17 Nov - 2:09

Elles débutaient ensemble leur sixième année, sans spécialement se connaître. A vrai dire, Alysandre, malgré ses nombreuses connaissances et sa facilité au contact, n’était pas quelqu’un de très sociable, et la solitude – si volontaire – lui convenait parfaitement. Ce qui n’empêchait pas de la voir constamment entourée, évidemment. Cela parce qu’elle savait choisir ses relations, qui elles-mêmes savaient comment faire aussi… Et voilà qu’elle saluait des personnes qu’elle n’aurait jamais cru ne serait-ce que regarder un jour. Oh, bien sûr, elle ne connaissait pas la moitié de leurs prénoms – avait-elle la tête de quelqu’un qui s’amusait à étudier une liste de noms avant de s’endormir ? –, mais le fait était qu’elle les reconnaissait de vue. Du moins, pour la plupart. Certaines personnes qui l’interpellaient parfois lui étaient totalement inconnues. Dans ces cas-là, elle usait de son don pour le mensonge et la comédie, jouant l’hôte parfaite, sans une seule fois avoir eu besoin de prononcer un quelconque élément qui les caractériseraient. Une chose qu’on lui avait apprise depuis toute petite. Une des seules choses qu’on lui avait apprises. Son père n’était pas vraiment le père idéal, et les questions d’éducation lui échappaient totalement… Quant à sa mère, ce n’était même pas la peine d’y penser. Alysandre avait donc du subvenir à sa propre éducation… Ce qui ne l’avait pas du tout dérangée. Et il fallait dire qu’elle s’était bien débrouillée, non ? Elle avait des manières correctes, et malgré ses touches de fantaisie – folie pouvant tout aussi bien convenir –, c’était une demoiselle qui maîtrisait totalement les divers éléments avec lesquels jongler lorsqu’elle se trouvait en société. Bien plus charmante que son père, bien plus terre à terre que sa mère, elle les séduisait tous, et à la fin, elle était la reine de la soirée. Un privilège important, bien qu’elle ne s’intéressait pas trop à sa propre popularité. Adulée un jour, détestée le suivant… L’intérêt était qu’en tout cas, elle brillait toujours par sa présence, et savait attirer les regards lorsqu’elle le devait… Et ne le devait pas, parfois.

Un sourire sincère de la part de Gilmore, bientôt retourné, ou presque. Ce n’était qu’une esquisse de sourire, avec cet air malicieux qui ne la quittait pas, comme si elle avait en permanence une blague douteuse en tête, pour laquelle elle était la seule à être au courant. Perspective plutôt réjouissante, au passage. Desserrant la poigne de son poing, elle attrapa sa lettre, et se dirigea vers sa chouette, blanche comme la neige, baptisée Valmira. Elle attacha le courrier à sa patte, chantonnant entre ses dents une mélodie qui lui trottait dans la tête depuis quelques temps. C’était d’ailleurs particulièrement agaçant, mais je ne m’attarderai pas là-dessus : la brunette venait de lui ré adresser la parole, avec cette question… Cette question qu’il ne fallait pas poser à Silbermann, bien trop égocentrique pour cela. La demoiselle se retourna avec un large sourire qui illuminait son visage. Et cela démarra.

« Je suppose que je vais bien. Je veux dire… La journée n’a pas vraiment été de tout repos. J’ai tout d’abord du gribouiller le devoir de Défense contre les Forces du Mal… Tu vois, sur le… C’était quoi encore le sujet ? Bref, j’ai terminé, puis j’ai été me balader. Mais le château est étrangement vide depuis ce matin. Enfin, je trouve. J’ai fini par croiser un ami, quand même… Heureusement, j’avais l’impression d’être une vraie bête en cage ! Mais ce crétin a été incorrect. Alors me voilà. Il faut dire que je ne comptais pas aller poster ma lettre aujourd’hui… J’ai un jour d’avance, vu que mon père veut que j’envoie une lettre à ma mère tous les deux jeudis. Ce qui est ridicule, vu qu’elle ne va certainement rien comprendre, mais… »

Et les mots s’enchaînent les uns aux autres. Calme-toi, Alysandre, respire. Elle avait encore raconté sa vie, allant même jusqu’à mentionner sa mère… Qui était reconnue par tout les élèves comme totalement cinglée. Certains allant même jusqu’à dire que la fille n’était pas beaucoup mieux. Mais là n’était pas la question. Haussant légèrement les épaules, elle laissa tomber un léger « Bref. », terminant d’attacher la lettre. Voilà, elle était parée.

« Et toi, comment vas-tu ? »

La réponse ne lui importait à vrai dire que peu. La plupart des gens répondaient « bien » à tous les coups. Elle ne connaissait qu’elle pour faire exception à la règle. Non pas parce qu’elle avait envie de se confier, simplement parce qu’elle aimait s’entendre parler. Et si c’était d’elle, c’était encore mieux, pour être vraiment totalement franche.

Ce qui n'arrivait pas souvent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Une lettre hebdomadaire Empty
MessageSujet: Re: Une lettre hebdomadaire   Une lettre hebdomadaire Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Une lettre hebdomadaire
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LA LETTRE DES SENATEURS AU PREMIER MINISTRE
» Lettre de protestation d'un haitien au président Lula du Bresil
» Lettre ouverte au président René Preval du colonel Himler Rebu
» Lettre [libre]
» Lettre pour Rudy[PV RUDY]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Chapitre XIII ; L'extérieur du Château :: La volière-
Sauter vers: