-
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez
 

 « Vandnight, Vaughan et les houpettes. »

Aller en bas 
AuteurMessage
Kimberly Vandnight

Kimberly Vandnight

Nombre de messages : 40
Age : 26
Année d'Étude : 6ème année à Poudlard.
Date d'inscription : 11/11/2007

Votre Personnage
Relations:

« Vandnight, Vaughan et les houpettes. » Empty
MessageSujet: « Vandnight, Vaughan et les houpettes. »   « Vandnight, Vaughan et les houpettes. » Icon_minitimeJeu 15 Nov - 5:06

Ses souliers noir parfaitement cirés, attachés façons oreilles de lapins, sonnait tel d'affreuses claquettes contre le plancher de marbre noir et blanc. Elle portait l'uniforme de façons réglementaire, attachais sa chemise immaculé jusqu'au menton et avais repasser celle-ci d'un aspect irréprochable. Même sa cravate bleu et argenté semblais s'incliner devant elle alors qu'il y avais des années dabord qu'elle ne l'avais pas desserer; combien pouvais en dire autant ? Ses yeux clairs plissé, son teint davantage blafard, rictus de la lèvre au niveau avancé : elle avais ôsé coiffer ses cheveux roux en d'horrible houpettes ?

« Non mais quelle none .., », pensa une filette de première année aux airs concupiscent qui, croisant sa route, Kimberly dévisagea "ipso facto". (c'était sûr que Vandnight avais l'air conne en total look 'je-porte-fièrement-l'uniforme' un week-end, mais c'était grâce à sa que plus tard elle obtienderais le rôle de Préfet en chef de Serdaigle).

Pas de soucis, elle avais affaire à plus qu'une nonne. Une intellectuelle, une vraie collet monté, une rationnel, une prude; carrément une chieuse de premier rang. La qualifier de nonne avais au sens propre des sous-entendus chrétiens, la figurant à peu de chose près à une image de respect; être excédante à se point relevait plutôt de l'anté-christ. À défault de quoi, il y avais deux possibilités pour élucider le mystère des houpettes rousses : 1) c'était une journée tout à fait ordinaire, d'un soir tout à fait ordinaire, d'une fille tout à fait ordinaire - extraordinaire (dans le genre pas du tout normale) ? Ou 2) c'était une journée tout à fait ordinaire, d'un soir tout à fait ordinaire, d'une fille tout à fait extra ordinaire qui cherchais son compagnon - appelons le, euh, "chien de poche" (a-mi-ca-le-ment) (parce-qu'amis chez elle rend confus le reste du monde à l’instar qu'elle confonds amis et bouquins) de son habituel air snob et salonnard. Si c'était l'option deux, à la vue de toute cette contorsion faciale qui devait demander sacrément d'énergie, on pouvait féliciter Jedusor qui à l'occurence, y était aller fort.

« LIIIIINDSEY ! »
Option deux. Journée tout à fait ordinaire, d'un soir tout à fait ordinaire, d'une fille tout à fait extra ordinaire qui cherche son compagnon de son habituel air snob et salonnard. Jedusor l'a mis en total perte de contrôle et impuissante face à leur professeur de potion Horace Slughorn et elle en veut après le monde entier.
Toute fois, sa n'explique pas les houpettes rousses.

« Vaughan ! Montre toi le bout du nez, doux Jésus, mais qu'est-ce que tu fou ... » marmonna t-elle.
Vaughan était l'un de ses seuls amis, avec lequel elle avais de vrais discutions et de vrais points commun. Il supportait son côté je-sais-tout, elle supportait sa tête à claque et basta. Ils étaient officiellement amis. Puis, comme la none avais des contacts avec le Seigneur, le miracle se produisit. On entendit un toussotement, une chasse d'eau, un zipper de "jean" (inconforme au réglement, nota Kimberly en tappant du pied), un robinet qui coule, des bruits de pas sourd, un sifflotement du genre 'je me fou du monde et le monde se fou de moi' puis, prodige, Lindsey.

Elle s'arrêta net et de son visage de marbre, souris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lindsey Vaughan

Lindsey Vaughan

Nombre de messages : 46
Année d'Étude : 6e Année
Date d'inscription : 11/11/2007

Votre Personnage
Relations:

« Vandnight, Vaughan et les houpettes. » Empty
MessageSujet: Re: « Vandnight, Vaughan et les houpettes. »   « Vandnight, Vaughan et les houpettes. » Icon_minitimeJeu 15 Nov - 21:36

Un petit livre de poche à la main, il sortit de la bibliothèque, un sourire satisfait aux lèvres. Ses bottes moldues, dites de construction, résonnaient sur le plancher de marbre des couloirs. Il n’avait pas pris la peine de les attachées, ce genre de bottes ça ne s’attachait pas à proprement parler. Il marchait, faisant tout de même du bruit, dans le couloir peuplé des élèves en congé et qui n’avait rien de mieux à faire que de flâner. Lindsey, lui venait d’aller récupérer un livre qui l’aiderait sûrement pour le devoir d’astronomie. Il aimait bien l’astronomie, mais parfois il avait de la misère à tout y comprendre. Il était plutôt expert en histoire de la magie, en métamorphose et en potions. L’art des étoiles, il ne s’y attardait pas trop, et il ne voyait pas à quoi ça lui servirait de savoir ce que les dieux avaient à lui dire. Enfin, ce petit livre entre ses doigts allait changer ses notes en Astronomie, si seulement il pouvait changer son E pour un O.

Il s’avança vers les escaliers, ayant en tête de monter à sa salle commune. À chaque marche qu’il montait, il avait l’impression que l’une de ses chaussures allait le laisser et tomber jusqu’à l’étage précédent. C’est ce que ça faisait ne pas lacer ses souliers. Il atteignit le cinquième étage et traversa une panoplie de couloirs, saluant certaines personnes de Serdaigle ou de Poufsouffle pour ensuite emprunter un petit escalier un peu plus étroit à la fin d’un couloir. Peu de personnes étaient présentes dans les environs et Lindsey commença à monter l’escalier abrupt qui menait au sixième étage. Il se demandait ce qu’il allait faire cette soirée-là. Il était certain qu’il n’avait aucunes envies de travailler son devoir d’astronomie. Il arriva à l’embouchure de l’escalier recouverte par une tapisserie et l’écarta dans un geste fébrile.

Au moment où il sortit dans le couloir quelque peu peuplé, il eut soudainement une envie pressante. Il était sur l’étage des toilettes pour hommes, mais elles étaient plus au sud. Il lui faudrait plus de 5 minutes pour y parvenir. Il se mit en marche, un peu plus rapidement qu’auparavant, le livre toujours dans sa main et ses chaussures ballottant un peu n’importe comment, il faut préciser qu’elles étaient un peu grandes aussi. Si seulement les toilettes avaient été plus près. Les gens le regardaient passer, trépignant dans ses chaussures. Pourquoi une envie aussi banale, pouvait-elle arriver aussi soudainement à la sortie d’un passage secret ?

Il arriva bêtement devant les toilettes, mit son livre dans sa poche et subvint à ses besoins. Il toussota, tira la chasse, remonta le zipper de son jean, et alla se laver les mains en sifflotant. Le bonheur se résumait à tant de peu de choses, comme aller aux toilettes lorsque ça en devenait important. Tomber sur quelqu’un qu’on aimait bien aussi, faisait partir du bonheur de Lindsay. Il rencontra justement Kimberly Vandnigth en sortant des toilettes. Elle avait sérieusement l’air d’une nonne agrémentée de houppettes rousses. Elle se faisait, évidemment, un plaisir de porter son uniforme scolaire, en tout temps et impeccablement. Elle lui sourit d’une façon un peu coincée, le même sourire qu’elle faisait tout le temps lorsqu’elle le voyait. Il fit un sourire beaucoup plus naturel, à l’air beaucoup plus honnête et ne se permit pas de faire un commentaire sur son allure. Qu’est-ce que ça pouvait bien lui changer de toute façon ? Même si elle avait son uniforme un week-end et de petites houppettes, c’était la même Kimberly. Cette même Kimberly sérieuse, tête de cochon et basta. Il savait qu’elle ne changerait pas, et ça lui plaisait. Elle était elle-même, tout de même quelqu’un de confiance.

« Kimberly, qu’est-ce que tu fais devant les toilettes pour garçons ? Une envie qui te prenait ? Je sais que les toilettes pour filles sont quatre étages plus bas, mais il est strictement interdit pour les filles d’entrer dans celles-ci, c’est bien clarifier dans le règlement de Poudlard depuis des siècles. » Naturellement, Lindsey ne lui avait pas laissé le temps de le saluer, et il s’était mis à déblatérer tout ça, sans même que Kimberly dénie ou acquiesce ce qu’il disait. Pourtant, il arrêta, passa une main dans ses cheveux et lui sourit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
« Vandnight, Vaughan et les houpettes. »
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Marylin Ceridwen Vaughan ▲ ft. Zooey Deschanel ▬ Libre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Chapitre X ; Sixième Étage :: Toillettes des hommes-
Sauter vers: