-
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez
 

 Coucher de soleil sur eau dansante }

Aller en bas 
AuteurMessage
Avrelianne Ashbaugh

Avrelianne Ashbaugh

Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 13/11/2007

Votre Personnage
Relations:

Coucher de soleil sur eau dansante } Empty
MessageSujet: Coucher de soleil sur eau dansante }   Coucher de soleil sur eau dansante } Icon_minitimeJeu 15 Nov - 22:12

>> PV Hell


Fin d’une énième journée de cet automne qui débutait à peine, un samedi comme les autres, à première vue. Le soleil commençait sa descension, faisant vibrer le ciel de couleurs orangées, dorant les feuillages encore verts, rendant un peu plus agréable cet air qui devenait peu à peu glacial. Avrelianne venait de sortir de la Bibliothèque. Oui, comme quoi, les idées que l’on se fait des belles jeunes filles { chacun son point de vue… } vous apparaissant ne serait-ce que légèrement superficielles ne se révèlent pas toujours vrai : la demoiselle adorait lire. De la même manière où elle endossait sans cesse un rôle différent selon les personnes avec lesquelles elle se trouvait, manipulant son monde à sa manière, menant chacun à la baguette, elle aimait se plonger dans ces vieux bouquins poussiéreux à l’odeur si réconfortante, et partir dans un monde bien différent du sien… Analyser les points de vue des personnages, tenter de se mettre à leur place, partager leurs pensées les plus profondes, leurs émotions, croire les voir se mouvoir sous ses paupières closes. Ce sentiment de plénitude qui l’envahissait alors, ses soucis qui s’évacuaient… Bien.

Elle remonta à son dortoir afin de récupérer un gilet, craignant de trembler de froid quand elle pointerait le bout de son nez à l’extérieur du château. Il ne manquerait plus que cela, qu’elle tombe malade ! De toute manière, vu la manière dont elle se couvrait, cela n’aurait rien d’étonnant qu’elle ne choppe je ne sais quel virus traînant dans cet air pourtant si pur… Contradictoire. Toujours. Elle descendit, saluant au passage les personnes présentes dans la chaleureuse Salle Commune, et traversa les Cachots tout en sentant son humeur remonter quelque peu. Un sourire venait d’apparaître sur ses lèvres, et elle salua gaiement un élève de sa maison, d’un an de plus qu’elle, qui allait dans la direction opposée. Elle tiqua un instant quand elle vit une deuxième personne dans ce lieu hanté par les verts et argents… Une Poufsouffle dans les Cachots ? Que fichait-elle ici ? Il fallait savoir qu’Avrelianne était extrêmement possessive. Oui, même pour les lieux, c’en était extrême, mais en même temps, tout chez elle l’était. Par inadvertance, veuillez le croire s’il vous plaît, mesdames et messieurs, elle se heurta à l’épaule de la demoiselle. Plaquant une main contre sa bouche, feignant la désolation et allant même jusqu’à exagérer son expression, sa voix s’éleva, raisonnant dans les Sous-sols froids :


« Oh, je suis sincèrement désolée… Je suis d’une maladresse… »

Sincèrement… Plus honnête tu meurs oui… Elle n’avait pas que cela à faire. Son but premier lui revint à l’esprit, tandis que ses pensées se remettaient à vagabonder sur les thèses qu’elle avait développé à propos du personnage principal du roman qu’elle venait d’entamer. Symboliquement, que représentait la coupe de Gunberg pour Sandros, l’objet en quête duquel il s’était mis ? N’était-ce qu’un but fixé, cet espoir qui poussait l’homme à s’acharner, à chercher à survivre par tous les moyens en se persuadant que leur vie avait un but fixe ? Ou bien n’était-ce qu’une façon de mettre en avant l’avidité de l’homme en ce qui concernait le pouvoir ? Hmm… Elle poussa la porte d’entrée et s’élança au-dehors. Une bourrasque de vent vint faire s’élever sa fine chevelure blonde et la robe de la demoiselle, et un nouveau sourire revint se placer sur ce visage de porcelaine, et un nouvel éclat venait briller dans ses iris bleu océan alors qu’ils détaillent le paysage recouvert par le voile d’or émanant du soleil couchant. Ses pas la menèrent jusqu’au Lac, et ses yeux glissèrent sur l’étendue d’eau. Elle adorait l’eau, pure et en même temps si dangereuse, froide et en même temps si paisible, captivante mais si fuyante... Celle-ci, en cet instant de la journée, se ridait sous le vent, et arborait les tons de la palette de couleurs offerte par l’astre solaire tirant sa révérence…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hell Van Branberg

Hell Van Branberg

Nombre de messages : 9
Année d'Étude : 7ème année
Date d'inscription : 13/11/2007

Votre Personnage
Relations:

Coucher de soleil sur eau dansante } Empty
MessageSujet: Re: Coucher de soleil sur eau dansante }   Coucher de soleil sur eau dansante } Icon_minitimeVen 16 Nov - 0:02

L'automne. Quelle plus merveilleuse saison que celle-ci? Annonçant la fin de l'été et précédant la saison la plus froide, celle qu'Hell n'aimait pas spécialement, mais qu'il trouvait terriblement envoutante. L'hiver et son long manteau de neige blanc. Ses arbres dénués de feuilles, cet aspect morbide du paysage et cet air gelé et vide de toute vie qui était si semblable à la présence des Détraqueurs qu'on ne pouvait s'empêcher de regarder le ciel pour s'assurer qu'il n'y en avait pas un dans les parages. Et pourtant, on trouvait toujours à transformer la tristesse de cette saison en faisant des Bonhommes de Neige par exemple, ou alors décorer les seuls arbres qui ne se trouvaient pas déshabillés par la froide saison et tout ça pourquoi? Fêter une fête tout simplement stupide. La venue d'un vieil homme vêtue de rouge et la naissance du petit quoi déjà? Jésuite? Ah non! C'est vrai : Jésus... Tss...P.I.T.O.Y.A.B.L.E ! Avait on fait tout un foin lors de sa naissance? Pas la moindre fête qui se répétait dans chaque foyer tous les Six juin. Franchement, l'humain se montrait parfois...Idiot. C'était tout ce qu'il trouvait comme mot non vulgaire et encore, il était gentil...
Bref. L'hiver et Hell : un grand conte passionnel. Pourquoi Conte? Tout simplement parce que tout le monde sait que les faits relatés dans un Conte sont rarement véridiques pou ne pas dire jamais... A part ceux faisant référence aux Reliques de la Mort, il n'en voyait pas qui puissent être vrai et le cité le rendait encore suspiscieux... Mais cela est une bien toute autre histoire qu'il racontera peut être un jour lui-même, lorsqu'il aura vécu cette aventure...

Nous étions donc un samedi. Le Week-end en somme. En temps normal, tout élève en week-end n'aime pas travailler, avancer ses devoirs ou tout ce qui touche au travail scolaire; cela ne semblait pas être le cas du Serpentard de septième année qui sortait tout juste de la Bibliothèque, son sac de cours sur l'épaule. Hell Van Branberg était réputé pour sa cruauté, sa finesse d'esprit, mais aussi et majoritairement pour son goût pour les études. Beaucoup disaient sur son passage que s'il n'avait pas été si hostile et tyrannique, il aurait sans doute trouvé sa place parmi les élèves de Serdaigle. Et s'il y pensait, il se demandait alors comment aurait pu être sa vie... Sans doute bien différente de ce qu'elle était maintenant, peut être plus calme et moins palpitante. Quel ennui !
Non, finalement, sa vie pleine de rebondissements, de duels aux détours des couloirs, de filles remplissant son lit était bien plus amusante ! Et son occupation favorite! Comment aurait il put la remplacer par autre chose? C'était tout à fait inimaginable, comme il était extraordinairement impossible qu'une grenouille se mette à beugler au lieu de coasser. Mais pour revenir à notre sujet, Hell avait donc travaillé toute la matinée et toute l'après-midi; surprenant n'est-ce pas? Si vous lui posiez la question sur son secret pour rester aussi concentré sur ses études, il vous répondrait sans aucun doute que cette année était son année la plus importante et qu'il ne comptait pas la gâcher en futilités comme vous pouvez le faire à cet instant en vous promenant dans le parc, soupirant sur votre pitoyable ennui. Hell avait toujours su se montrer sérieux sur ce plan-là, et d'ailleurs, ne faisait il pas partie de ceux qui faisaient vite grossir le Sablier de Serpentard? Naturellement que oui...

Il avait quitté la salle remplie de livres dans les environs de 17heures, trouvant peut être l'heure tardive et ne tenant nullement à rester enfermé plus longtemps dans cet endroit devenu le coin favori des groupies de Serpentard et Serdaigle qui savaient qu'il aimait travailler ici. Des gloussements à longueur de journée, non merci. Pourtant, il ne put s'empêcher de jeter un très rapide regard sur ce petit groupe en sortant, analysant très rapidement celles qu'il put voir. A éviter d'urgence ou à combler et quitter tout aussi rapidement. Son plan pour ce soir? Il n'en avait pas. Il avait passé trop de temps sur son devoir de Métamorphose qui lui prenait deux parchemins de cinquante centimètres chacun. Il n'avait pas trouvé sa compagne du samedi soir. Tant pis pour toi Hell. Une prochaine fois... Une prochaine fois? Il pouvait en avoir une là, maintenant! Il lui suffisait tout simplement de claquer des doigts! Vantard? Non. Juste réaliste.

Il ne lui fallut que peu de temps pour sortir du château, appréciant l'air pur et doux qui s'offrait à lui. A rester enfermé pendant des heures dans la Bibliothèque, il en avait presque oublié que l'air du dehors était merveilleusement bon. Il ferma les yeux sous la lumière dorée du soleil qui semblait encore vouloir persister, l'attendant peut-être. La nature lui semblait si belle lorsqu'elle n'était pas dérangée par l'être qu'était l'humain. On aurait pu le prendre pour un fou, à le voir les bras en croix et les yeux fermés, immobile sur le perron du Château, mais on ne pouvait pas se le permettre. Après tout, il s'agissait d'Hell Van Branberg. LE Serpentard le plus... Le plus tout. L'héritier des Van Branberg qui ne se cachait pas derrière son nom pour obtenir quelque chose, mais qui savait suffisamment en jouer quoi qu'on en dise. Celui qui n'hésitait pas à dire que c'était bien lui qui vous avait frappé, devant un professeur, parce que vous l'aviez mérité, et que si la magie n'avait pas été interdite dans les couloirs (chose dont il se moquait bien vous vous en doutez) il aurait cela dans un duel qu'il aurait probablement gagné. Le Diable à la gueule d'Ange. Perfide.
Il rouvrit rapidement ses yeux et laissa tomber ses bras, jouant de ses jambes maintenant pour qu'elles le fassent bouger. Ses pas le menant au lac, endroit qu'il appréciait fortement pour sa facilité à torturer les quelques élèves qu'il n'aimait pas. Bourreau en plus de cela. Le sale travail, il savait lefaire, et il n'avait pas peur des conséquences. Tenez, derrière le Saule devant vous, il avait une fois enfoncé la tête de Corner dans l'eau du Lac, alors que celui ci était censé - et l'était - être gelé. Pourquoi déjà? Il ne s'en souvenait plus véritablement, mais ce devait être important pour qu'il le fasse lui-même. Et là-bas, vers la petite crique isolée, il avait troublé Aliénor Missbernst, une Serpentarde qui aujourd'hui était en 6ème année. Et plus loin là-bas... Tiens, plus loin, il y avait une jeune fille de profil qu'il connaissait. Du moins, s'il s'agissait bien d'elle. Sa vue n'était pas mauvaise, mais les rayons du soleil jouaient avec la couleur de cheveux de la jeune fille et orangeait son visage gracieux. Plissant les yeux, il reconnut sans trop de peine Avrelianne Ashbaugh. Une élève de sixième année qui avait un temps passé, l'année dernière pour être précis, interessée Hell. Jusqu'à ce qu'Aliénor intervienne naturellement. Ce qui d'ailleurs, avait été une chance pour Avrelianne, au moins, elle n'avait pas connue le même sort que toutes ses autres qui étaient passées dans les bras d'Hell. Un sourire imperceptible prit possession des lèvres du Serpentard alors qu'il se dirigeait vers cette dernière, avec la ferme intention de l'accoster, de lui parler, et c'était suffisant non? Après tout, n'étaient-ils pas de la même maison? Plus que quelques mètres, moins d'un... Nous y voilà.


« Bien le bonjour miss Ashbaugh ! »

Sa voix, tout comme son être, était suave et traînante, pourvue ce jour-ci d'un très léger ton enjoué, comme si une merveilleuse chose venait de lui arriver. Pourtant, son visage ne montrait rien, seuls ses yeux trahissaient, mais aujourd'hui, ils semblaient ... se reposer?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Avrelianne Ashbaugh

Avrelianne Ashbaugh

Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 13/11/2007

Votre Personnage
Relations:

Coucher de soleil sur eau dansante } Empty
MessageSujet: Re: Coucher de soleil sur eau dansante }   Coucher de soleil sur eau dansante } Icon_minitimeVen 16 Nov - 20:06

Elle avançait et avançait encore, poupée animée. Pas désagréable à voir, c’était le moins que l’on puisse dire. Après tout, elle n’était ni plus ni moins la fille de Liesje Ashbaugh, cette franco-suédoise à la beauté si réputée en Europe. Bien entendu, elle n’en avait pas totalement hérité, et cela n’était que trop désagréable que de vivre dans l’ombre de la trop grande beauté de sa génitrice. Son père étant beau garçon également, n’aurait-elle donc pas pu hériter du meilleur des deux, afin de finir le somptueux tableau ? Enfin, sans doute se montrait-elle trop exigeante avec elle-même… Elle était au goût de bien des garçons à Poudlard. On pouvait dire que son apparence physique était l’un des moteurs de sa popularité au sein du château… Et ailleurs sûrement même. Du moins si vous aimiez les poupées fragiles, de celles que l’on avait envie de protéger et de prendre dans ses bras, de guider cette frêle enfant et de la séparer de ce monde injuste et cruel… Hum hum. Calmons nos ardeurs. Si vous aimiez les cadavres, ce n’était pas mal également… Excusez-moi. Non, pour regarder le bon côté des choses, elle avait de magnifiques yeux bleus, pénétrants, frangés de cils d’un noir profond, et une silhouette presque parfaite. Mais sous les apparences de l’Ange se cache parfois la pire insanité… Ici, le Démon avait pris l’apparence de l’enfant perdue, et crachait au visage de sa victime son poison. Celui-ci venait emplir vos veines, se mêlant à votre sang, de préférence pur. Elle finit par s’arrêter, fixant le paysage au-devant d’elle, glissant ses mains dans les poches du fin gilet qu’elle avait enfilé. Toujours aussi peu vêtue. C’était une mauvaise habitude. Sans doute aurait-elle la voix enrouée le lendemain, et beaucoup vous diraient que cela serait bien dommage… Mais ce n’était pas encore le cas, et rien ne vous assurait à cent pour cent, jusque-là, que ça le serait.

Une voix qui s’élève dans son dos : « Bien le bonjour miss Ashbaugh ! ». Avrelianne se retourna précipitamment, puis eu un soupir de soulagement accompagné d’un léger rire quand elle reconnut le Serpentard de dernière année.


« Oh, Van Branberg ! Bonsoir… »

Elle laissa sa main qui était venue tout naturellement se poser sur sa poitrine frémissante et lâcha, dans un deuxième temps, toujours souriante :

« Tu m’as fait peur… »

Cet aveu ne faisait pas partie de ces choses qui faisaient s’abaisser sa fierté, bien heureusement. La liste était assez longue comme cela, un peu plus et elle en deviendrait invivable. Bref. Je ne vous ai pas présenté le jeune homme qui venait de nous rejoindre là… Hell Van Branberg, donc, septième année à Serpentard, comme cela fût vaguement précisé plus haut. Connu pour le mystère qui l’entourait, cette manière bien à lui dont il échappait à tout et tout le monde, ses excellents résultats et son tableau de chasse bien plus rempli encore que celui d’Avrelianne, qui consommait ses conquêtes avec modération tout de même. En clair, pour beaucoup de choses. Sûrement l’un des seuls élèves de Poudlard de sexe masculin pouvant se permettre de rivaliser avec Tom Jedusor Jr. en matière de popularité. Elle avait dû lui parler quelques fois… L’année dernière, principalement. Mais bizarrement, toutes leurs tentatives de conversation cette année-là avaient été mises en échec par cette chère Aliénor qui lui déplaisait tant. En même temps, il fallait dire que peu de personnes avaient l’honneur de figurer sur la liste des personnes plaisantes tenue par la descendante Ashbaugh. De toute manière, ce n’était pas plus mal. Ou peut-être que si. Mais si la question qui vous trotte dans la tête est : « Est-ce que Hell serait susceptible de faire craquer la jeune Avrelianne ? » la réponse est non. Il n’est nullement question de prétention ici. Elle le trouvait très séduisant, fort beau serait même plus adapté, et le devinait fort intelligent. Mais ses manières ne correspondaient pas à ses attentes. C’était un séducteur né. Elle n’avait donc rien à gagner à flirter avec. Trop de ressemblances sans doute… Elle aimait tout autant se moquer des jeunes gens, leur faisant croire à une relation qu’elle ne se pouvait tenir. Instable ? Sans aucun doute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hell Van Branberg

Hell Van Branberg

Nombre de messages : 9
Année d'Étude : 7ème année
Date d'inscription : 13/11/2007

Votre Personnage
Relations:

Coucher de soleil sur eau dansante } Empty
MessageSujet: Re: Coucher de soleil sur eau dansante }   Coucher de soleil sur eau dansante } Icon_minitimeSam 17 Nov - 0:21

Une poupée qui en effet plaisait à bien du monde, si belle, si fragile ou le paraissant du moins, qu'il n'était guère possible de passer à côté sans la suivre aussitôt du regard, quitte à se cogner contre un poteau, un arbre ou un élève tout simplement. Et qu'est ce qu'on pouvait se sentir con lorsqu'elle plongeait son regard dans le vôtre. Deux saphirs pénétrant vos pupilles. Hypnotic eyes. Hell se souvenait parfaitement de la première fois qu'il avait vu cette jeune fille aussi ravissante qu'elle était mesquine. C'était le premier soir à Poudlard, lors de la répartition. En temps normal, il ne faisait pas attention à toutes les têtes qui accueillaient le Choixpeau Magique, il se contentait simplement d'applaudir lorsque l'un des élèves à répartir était envoyé à Serpentard, la noble maison des roublards. Mais lorsqu'il avait entendue son prénom si peu commun, il n'avait pas pu s'empêcher de tourner le regard vers cette dernière. Avrelianne. Un prénom qu'il n'avait pas oublié, mais plutôt rangé dans un coin de sa mémoire. Jamais il n'avait été voir la jeune fille de son plein gré ou par un coup de folie. Il la croisait généralement dans les couloirs, à la Table des Serpentards ou encore dans la Salle Commune. Et lorsqu'il s'adressait à elle, il parlait en même temps à ses « amies ». Seul à seule, rarement. Peur d'elle? Pas le moins du monde, elle ne l'intéressait pas à cette époque. Il avait fallu que les hormones fassent leur travail pour qu'il daigne enfin poser un regard plus attentif sur sa personne. Il ne l'avait pas regretté..

S'en était il entiché? Il s'y était intéressé, il fallait l'avouer, mais certainement pas au point de la désirer à ses côtés. Ou peut être un peu. Bah quelle importance cela faisait-il après tout? Hell ne pouvait pas avoir toutes les filles qu'il désirait, c'eut été trop facile. Mais maintenant, pouvait on dire qu'il s'en intriguerait de nouveau? Probablement que oui, mais sans attente d'une quelconque réponse. Elle avait raison sur un point : ils étaient semblables et il était un séducteur né. Ne pouvant se passer d'une présence féminine lorsqu'il en désirait une. Par ailleurs, tout comme elle, il ne recherchait pas la stabilité. Il était jeune, il préférait sincèrement en profiter, et les jeunes filles qui croyaient qu'il resterait une fois qu'il avait obtenue ce qui l'intéressait étaient tout simplement faibles et stupides. En général, il ne restait guère plus de deux semaines avec la demoiselle choisie, celle qui avait réussi à garder Hell environ un mois était une Serdaigle qui aujourd'hui avait du malheureusement changer d'école. Le Serpentard y était sans aucun doute pour quelque chose. Il n'avait pas supporté se trouver piégé dans les filets d'une demoiselle, elle l'avait fort cher payé. Ne pas piéger Hell Van Branberg. Une leçon à retenir. La plus essentielle. Ne pensez pas que sa face d'Ange est réelle, c'est vous tromper lourdement...

« Tu m'as fait peur... »
Une phrase qu'il aimait entendre. Pourtant, il n'était pas très effrayant n'est-ce pas? Qu'aimait il dans cette petite phrase? Le mot « peur » peut être? Oh il savait pertinemment que dans le cas de la jeune fille présente, cette phrase n'avait pas vraiment le véritable sens qu'elle aurait dû avoir. Peu importait. Cette petite main sur sa poitrine indiquait clairement que son coeur avait fait un bond, que finalement, il avait réussi à la surprendre, un tantinet soit peu. C'était suffisant pour le jeune homme.

Posant son sac sur le sol, signe qu'il comptait rester ici, avec elle pourquoi pas, il passa par la suite une main dans ses cheveux bruns, autrefois un tantinet blonds/châtains, son regard se plongeant non pas dans celui saphir de sa compagne de l'heure, mais sur l'eau du Lac qui reflétait terriblement bien la boule de feu et ses rayons.

Et maintenant? Quoi maintenant? Ce qu'il allait faire? Surement pas lui parler de la pluie et du beau temps, mais il pouvait en effet commencer avec les banalités, bien que ce ne fut pas dans son genre, lui qui avait l'habitude d'être affreusement agressif et rentre-dedans. Un peu de délicatesse, ça ne peut pas faire de mal... Avant tout, charmer le serpent.


« Charmante tenue...Un peu trop légère à mon goût. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Avrelianne Ashbaugh

Avrelianne Ashbaugh

Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 13/11/2007

Votre Personnage
Relations:

Coucher de soleil sur eau dansante } Empty
MessageSujet: Re: Coucher de soleil sur eau dansante }   Coucher de soleil sur eau dansante } Icon_minitimeSam 17 Nov - 1:26

Mesquine ? Voyons, soyez raisonnables… A dire vrai, le mot convenait parfaitement. Avrelianne était mesquine. Et vous pouvez ajouter à cela tant d’autres adjectifs… Mais elle en était fière, et elle l’assumait totalement. Quand elle en avait envie, disons. Et vous ne compreniez rien à cela, vous posiez vos yeux sur le visage d’une innocente, et ses lèvres prononçaient les pires infamies... Qui n’avait pas eu envie de la tuer, au moins une fois dans sa vie ? Je crois que même Alysandre n’avait réussi à refouler de telles pulsions meurtrières… En fait, peut-être même, surtout Alysandre.

Ashbaugh reposa son regard sur le garçon qui venait de s’installer, laissant celui-ci s’attarder sur les traits de son visage. Il y était tellement habitué qu’il le remarquerait à peine. Au pire, il prendrait ça pour une flatterie, c’est ce que faisaient tous ces hommes imbus d’eux-mêmes, habitués à voir les femmes tomber dans leurs bras, non ?

_______________


Salle Commune, deux ans auparavant. Le feu crépitait dans la cheminée, Noël approchait, l’agitation était à son comble en ce convivial lieu de retrouvailles.


« Caeley, Caeley… Tu m’écoutes un peu ?
- Mais tu ne comprends rien ! Hell n’est pas comme ça…
- Par l’Enfer Caeley ! Je ne comprends rien ? Tu en es bien sûre ? Et Kristen ? Victoria ? Debra ? Jenny ? »

Caeley bloqua un instant, semblant hésiter.

« Non, il n’est pas comme ça, je t’assure. Il est si doux avec moi… Et quand il plonge son regard dans le mien…
- Oh, s’il te plaît, Caeley ! Epargne-moi ça !
- Tu es jalouse ! Ca ne peut être que ça ! C’est forcément ça. Tu es déçue que Hell ait enfin trouvé la femme de sa vie parce que tu pensais être à ma place. »


Elles lui avaient toutes fait la même scène. A chaque fois, elle se demandait si elle devait opter pour l’étouffement ou le grand éclat de rire. Du coup, elle avait décidé d’alterner. Une fois l’un, une fois l’autre. C’était assez amusant. Moins quand elle venait pleurer le départ du garçon… Ces fois-là, Avrelianne devait faire preuve d’un self-control incroyable afin de ne pas aller dire ses quatre vérités à son aîné. Mais ç’aurait été l’hôpital qui se foutait de la charité, et quand elle en prenait conscience, ça lui ôtait subitement toute envie de jouer sa moralisatrice.

_______________

« Charmante tenue… Un peu trop légère à mon goût. » Avrelianne haussa un sourcil, subitement ramenée à la réalité, et de façon plutôt brutale. Un sourire taquin se dessina sur ses lèvres rosées.


« Trop peu de temps à retirer à ton goût ? »

Elle se posa à ses côtés, dans l’herbe fraîche, ses doigts jouant avec les brins de celle-ci, et changea d’expression, optant pour un sourire sympathique.

« Je plaisantais. Quelle envie aurait poussé Monsieur Van Banberg à s’aventurer près du très charmant Lac de Poudlard ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Coucher de soleil sur eau dansante } Empty
MessageSujet: Re: Coucher de soleil sur eau dansante }   Coucher de soleil sur eau dansante } Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Coucher de soleil sur eau dansante }
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un coucher de soleil avec toi (pv Aisuru) (Hentaï possible)
» C'est si beau un couché de soleil... (StarLight-Vadael)
» Images coucher de soleil
» Coucher de soleil et retrouvailles... [PV: Ella]
» L'art vu par Harley

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Chapitre XIII ; L'extérieur du Château :: Le Lac-
Sauter vers: